Accueil > Réflexion, Web marketing > Panda : Google sème la zizanie dans le web français

Panda : Google sème la zizanie dans le web français

Les experts en SEO vont bientôt avoir les poches pleines. Déjà lancé sur la version américaine du moteur de recherche, l’algorithme Panda censé permettre d’améliorer les résultats des recherches effectuées sur Google est disponible en France depuis le 12 août.

Et il n’aura pas fallu attendre bien longtemps pour constater les premiers dégâts de l’animal sur le web francophone.

Panda, c’est quoi ?

Officiellement, Panda est l’un des nombreux algorithmes de recherche qui permet d’améliorer le classement des résultats de Google. Il a déjà été déployé sur Google.com (moteur en anglais) depuis le mois de mai dernier. Il succède à « Caffeine », le précédent algorithme « miracle » de Google. Et si l’on en croit le blog de Google France (source), Panda permet « d’améliorer le classement de nombreux sites Web de qualité pour les recherches effectuées en français. »

Comment ? En améliorant le référencement des sites dits de qualité. Et donc en mettant de côté les fermes de contenus. Plus précisément, selon inside-referencement, Google Panda juge désormais de la qualité d’un site complet et non d’une seule page web. Il sanctionne les sites contenant des pub « abusives » et ne prend plus en compte les mots clés dans les noms de domaine (il n’y aura plus d’impact positif à forger ses URL via l’URL Rewriting).

Détail important, Panda sanctionne également les sites en Full Flash dotés d’une version HTML « cachée ». M6 Replay va être content. Enfin, en plus des pénalités manuelles de Google qui pourront être levées plus facilement, Panda ne fait plus confiance aux communiqués de presse. Les liens insérés dans les CP seront en effet moins pris en compte. Là ce sont les agences de presse qui vont être contentes.

Panda résumé en quelques mots ?

Cette mise à jour impacte les résultats perçus par les utilisateurs pour en moyenne 6 à 9% des requêtes, tous langages confondus. L’impact de ce changement est moindre que celui du lancement initial de Panda, qui affectait environ 12% des résultats perçus par les utilisateurs pour les requêtes anglophones.

L’impact de Google Panda en France !

Il fallait s’y attendre. Presque deux ans jour pour jour après la sortie de Caffeine, Panda fait à son tour des ravages dans le web francophone. Selon Ranking-Metrics (source) qui propose classe les sites web les plus visibles sur Google France, ce sont les comparateurs de prix et sites d’avis qui ont perdu le plus d’audience en provenance en Google ces derniers jours dans le monde de l’informatique (source).

Twenga.fr, Wikio.fr, Webmarchand et Achetezfacile.com auraient ainsi perdu pas moins de 50% de leur visibilité sur Google dans la seule journée du 12 août dernier. Et qui dit trafic Google divisé par deux, dit trafic global perdu entre 30 et 50%, voire plus pour les petits malins qui ont tenté de tricher pour être « sur » référencé dans Google.

Les sites média high-tech du groupe Bestofmicro se sont aussi fait sanctionnés, ces derniers jouant souvent avec le feu. Presence-pc.com : -49% de visibilité sur Google; Infos-du-net.com : -45,6% ! A l’inverse, Panda a également fait des heureux !

Les sites marchands « sérieux » ont gagné du terrain : Amazon.fr : +19,1 % de visibilité sur Google le 12 août dernier contre +17,9% et 14,6% pour Priceminister.com et Fnac.com. Ces chiffres sont-ils fiables ? Faut-il attendre Nielsen/Médiamétrie et/ou ComScore pour en avoir le coeur net ? Visiblement non.


Cette tendance semble se confirmer selon Bastien Duclaux, le PDG de Twenga (source). Ce dernier indique en effet sur Twitter :

Pertes de visibilité de 81% pour ciao et achetezfacile, 77% pour leguide, 76% pour shopping, 60% pour kelkoo d’après nos outils

Que faut-il en conclure ?

Les sites high-tech sont fortement touchés par Panda. C’est moins le cas pour les sites de tourisme et de finance si l’on en croit les premières études statistiques de Ranking-Metrics.

Et dans d’autres pays ? La tendance est la même selon SearchMetrics (source) qui indique qu’en Allemagne Panda a également fait des ravages. Gutscheinwurst.de (-94,02%), Kununu.com (-91%), Onlinestreet.de (-86,14%), Webutation.net (-86,01%) et Anleiter.de (-85,62%) seraient les sites allemands les plus pénalisés.

Reste à savoir si Panda aura à terme autant d’incidence sur la visibilité en France de ces sites web sur Google ou si cette soudaine fluctuation de visibilité sur Google France est due à d’autres critères comme la période à laquelle ces tests ont été effectués (week-end du 15 août, bêta test de Panda en France). Affaire à suivre. De près.

Billets similaires :

  1. Archiduchesse : Patrice Cassard se lance dans la chaussette
  2. J’ai testé les Google Glass !

  1. eeeple
    16/08/2011 à 13:38 | #1

    Article tres interessant, une fois de plus !
    N’utilisant plus Google depuis quelques jours [je suis passe sur Bing et je suis bluffe], j’ai du mal a me rendre compte du reel impact.

    Une question me taraude cependant : Les comparateurs de prix on prit un sacre coup dans les dents, mais cela ne serait-il pas pour pousser Google Shopping ?

  2. 16/08/2011 à 14:00 | #2

    Merci,

    Remarque intéressante en tout cas. Si j’en crois les quelques requêtes effectuées sur Google France, Google Shopping semble loin derrière les principaux e-marchands ou comparateurs de prix. En revanche, étant donné qu’il est possible d’effectuer des recherches uniquement dans la catégorie « Shopping », j’imagine que cela a un impact sur leur référencement/audience.

    Deux autres notes complémentaires sur le billet :

    Corinne Lejbowicz, la PDG de Leguide s’est déjà exprimée sur la baisse de visibilité sur Panda :
    http://www.boursier.com/actions/actualites/interviews/corinne-lejbowicz-pdg-de-leguide-com-3030.html

    « Entre mars et avril 2011, notre principal site anglais dooyoo.co.uk a perdu 37% d’audience. L’impact direct des changements d’algorithme effectués par Google est estimé à 25%.  »

    Et un entretien de Pierre Chappaz, le patron de Wikio Group qui indique ne pas avoir peur en Google Shopping mais qui a le même avis que toi :
    http://frenchweb.fr/pourquoi-je-nai-pas-peur-de-google-par-pierre-chappaz-ceo-de-wikio-group/

    « Panda n’est pas encore en France, pourtant chacun peut déja constater que Google favorise ses propres services Google Shopping et Google News. Des services qui ne pourraient pas vivre sans l’injection d’audience du super-aggrégateur: Google. »

  3. Dunaedine
    16/08/2011 à 18:36 | #3

    Un élément au sujet du soit-disant avantage que Google ferait à Google News et Google Shopping. Google (tout comme les autres moteurs de recherches) considère la recherche sémantique comme le saint graal à atteindre. Cette conceptions de la recherche consiste à donner du sens aux recherches, pas uniquement faire une recherche de mots clés.

    Dans cette vision, Google News et Shopping (ou Map également) ne sont que des présentations particulières d’informations ayant juste comme point communs d’être tirées du web. Ce sont des recherches spécialisées. Il est donc logique que quand Google voit une recherche qui pourrait orientée sur l’une des recherches spécialisées, il offre la possibilité d’accéder à cette présentation.

    Cela fait longtemps que les moteurs de recherches ne sont pas seulement des sortes de super-annuaire des sites web. Désormais ils utilisent les informations du web pour fournir une réponse à la recherche d’une personne. A la base, ce sont les mêmes données qui sont utilisées par les différents « services ». Ces derniers ne sont finalement qu’un seul service (un moteur de recherche dans le sens large), sous différentes présentations.

  4. 16/08/2011 à 19:38 | #4

    Panda aime aussi la vidéo (pour pousser Youtube ?).
    Plus inquiétant, Google tient compte du nombre de page dont l’intérêt est nul en terme d’utilisateurs. S’il en trouve plus de 50%, la pertinence globale du site est abaissée. Il va donc falloir remanier le site (supprimer les pages non visitées ?), améliorer le référencement… Ca devient pénible, c’est sans fin…

  5. testman
    17/08/2011 à 08:18 | #5

    Vu la place de plus en plus importante que prenait les fermes dans les résultats, on ne peut qu’être ravis de les voir s’éclipser.

    Le pire était les fermes de contenus traduits automatiquement (par exemple, traduction de ML, de forums ou de NG), car recherchant sur google.fr le contenu français était placé avant les autres contenus plus pertinents ou originaux.

    Ses derniers temps on trouvait à Google des air de Altavista ;-)

    Reste à voir l’effet moyen et long terme, car vu les enjeux pas certain que le nettoyage dure longtemps … les accros du SEO vont contre-attaquer.

  6. 17/08/2011 à 08:34 | #6

    Pour compléter le débat, une citation d’Antoine Chiarelli, fondateur associé et directeur du centre de recherche de Ranking Metrics parue sur info-du-net :

    http://www.infos-du-net.com/actualite/18862-google-panda.html

    « certains (sites) on été fortement impactés comme LeGuide alors qu’un site comme Kelkoo ne bouge quasiment pas. Pourtant, ils sont très similaires. »

    et

    « dans la catégorie Maison et jardin, nous voyons progresser Leroy-Merlin et Castorama, alors que se ne sont pas spécialement des pros du référencement ».

    Ce qui confirme que Panda fait la part belle aux marques… Même si elles ne sont pas expert en SEO.

  7. 19/08/2011 à 13:19 | #7

    Et voici un nouveau tableau des gagnants et des perdants :

    http://actu.abondance.com/2011/08/google-panda-en-france-nouvelles-stats.html

    qui vient corroborer les chiffres parus en début de semaine.

  8. Supermatos
    24/08/2011 à 23:43 | #8

    Super intéressant, merci Alex !

  9. 08/10/2012 à 12:29 | #9

    Ce Panda fait du mal… ou du bien pour certains. Je ne pense pas que Google cherche à sanctionner absolument. Juste rendre les requêtes plus intelligentes.

  1. Pas encore de trackbacks