Accueil > Geekerie, J'ai testé > Preview de la tablette LG Optimus Tab sous Android Honeycomb

Preview de la tablette LG Optimus Tab sous Android Honeycomb

Après le test du LG Optimus 2X, le premier smartphone dual-core du marché, j’ai eu l’occasion de prendre en main pendant une soirée la tablette LG Optimus Tab. Ce pourquoi je ne titre pas ce billet par « test » mais plutôt par « preview ». Histoire de partager mes impressions sur cette tablette atypique.

Pourquoi atypique ? Car elle est la première du marché à être 3D – et accessoirement à être dotée d’un système Android 3.0 Honeycomb -. Ou plus précisément à capturer des vidéos en 3D.

LG Optimus Tab : les caractéristiques techniques

  • Ecran tactile de 8,9 pouces pour une résolution de 1280 x 768 pixels
  • Puce Nvidia Tegra 2 (T250) Cortex A9 double coeur à 1 GHz
  • 32 Go de mémoire interne + 1 Go de RAM
  • Trois appareils photo numériques : deux à l’arrière (5 megapixels avec 1 flash) pour la 3D et une en façade (2 megapixels)
  • Enregistrement des vidéos en 720p
  • Wi-Fi (b/g/n), Bluetooth, GPS et 3G/3G+
  • Dimensions de 243 mm x 149,4 mm x 12,8 mm pour 630 grammes
  • Prise micro HDMI, gyroscope, accéléromètre

LG Optimus Tab : premières impressions

L’Optimus Tab de LG est une tablette relativement lourde (elle pèse 31 grammes de plus que la nouvelle version de la Galaxy Tab 10.1 de Samsung). Son écran est de bonne qualité (écran brillant mais pas trop) et sa taille est plutôt modeste. Entre la première Galaxy Tab de Samsung trop petite et l’iPad (2) d’Apple trop gros, on se retrouve avec une taille d’écran qui ne me frustre pas pour surfer sur le net ou pour lire mes emails. La qualité des matériaux utilisés sur la tablette est également bonne, voire très bonne. Elle ne glisse pas des mains et elle fait « classe ».

A l’arrière, on retrouve la même bande grise que sur l’Optimus 2X. Seulement là où sur l’Optimus 2X cela ne rendait pas très bien, cela ne produit pas le même effet sur l’Optimus Tab. Ouf. Si sa batterie n’est pas amovible, une coque arrière peut être enlevée sur un des côtés de la Tab pour permettre d’insérer ou d’enlever sa carte SIM. Juste là rien de très exceptionnel donc. Mais là où le bât blesse, c’est au niveau du connecteur, propriétaire, pour recharger la tablette.

En effet, si sur l’iPad, une simple prise iPhone / iPod suffit à recharger (lentement) la tablette d’Apple, il faudra ici utiliser l’adaptateur secteur propriétaire de LG. Pourquoi ? Pour des raisons de puissance non suffisante avec une prise Micro USB pour en faire de même me dit-on dans l’oreillette. Mais le résultat est sans appel : ce n’est pas vraiment pratique de se balader avec un câble de plus uniquement pour recharger un nouveau produit !

La 3D : simple gadget ou une « killer feature » ?

Oui, avant de parler du nouveau système mobile de Google, je vais vous parler de la partie « 3D » de la tablette. Après tout, LG en parle comme d’un élément différenciant par rapport aux iPad ou aux autres tablettes sous Android 3.0 (Acer Iconia Tab, Motorola Xoom). Dans l’Optimus Tab, on retrouve deux applications qui exploitent la 3D via les deux APN de la tablette : « Lecteur 3D » et « Caméra 3D ».

Sur le prototype d’Optimus Tab que j’ai eu entre les mains, il n’était pas possible de prendre une photo en 3D. L’enregistrement de vidéos 3D était en revanche de la partie. Et le tout fonctionne de manière fluide. Une fois l’appli « Caméra 3D » lancée, on sélectionne la profondeur de champ que l’on veut et c’est parti. On voit donc à l’écran les 2 images se superposées en temps réel. Mais comme l’écran de l’Optimus Tab n’est pas auto-stéréoscopique, il faut enfiler ses lunettes « rouge bleu » classiques pour percevoir la 3D.

Le jeu en vaut-la chandelle ? Pour avoir essayé pendant quelques minutes l’enregistrement de vidéos en 3D, et donc le visionnage de ces mêmes vidéos avec des lunettes 3D standard, la réponse est non. Cela manque de couleur, devoir chausser ses lunettes à chaque fois que l’on affiche des éléments en 3D est assez rébarbatif et l’impression de 3D est plutôt sommaire. Elle n’est pas mauvaise, loin de là, mais elle est parfois difficile à percevoir. Du coup, c’est une fonction plutôt gadget de la tablette. En attendant une tablette avec un écran qui affiche de la 3D sans lunettes ?

Android 3.0 Honeycomb : un OS qui ringardise iOS ?

La tablette LG Optimus Tab est propulsée par un système Android 3.0.1 « Honeycomb » de Google. Une mise à jour de plus d’Android me direz-vous ? Et bien non, Android 3.0 est révolutionnaire. Oui, rien que ça. Pour avoir utilisé toutes les versions d’Android, de la 1.0 du T-Mobile G1 à la dernière version en date, et toutes les versions d’iOS, Android 3.0 est vraiment bien conçu.

On retrouve (enfin) un bureau qui fonctionne à l’horizontal ou à la verticale, des widgets que l’on peut disposer en façade (les amateurs d’iPad 2 sauront de quoi je parle) et tout un tas d’applications qui fonctionnent en plein écran sans bandes noires en haut ou sur les côtés. Plus précisément, ce sont cinq pages qui sont disponibles sur le bureau avec une possibilité de personnaliser chacune d’entre elles.

Il faut un temps d’adaptation, même pour les connaisseurs d’Android pour apprivoiser Android 3.0. Si sur les smartphones, des boutons physiques permettent d’effecteur certaines actions (recherche, home, retour, menu), ces derniers ont disparu sous Android 3.0 sur les tablettes. Tout est piloté via 3 boutons virtuels présents en bas à gauche de chaque page : retour, maison et multitâche (équivalent de ALT+TAB).

Exit la barre de notifications, Android 3.0 propose un équivalent qui apparait en bas à droite de l’écran. On y retrouve des informations comme l’heure, les réseaux WiFi ou 3G utilisés, en plus des notifications. Et pour accéder au lanceur d’applications de la tablette, c’est en haut à droite de la page que cela se passe. En un clic, on retrouve la liste des programmes installés, avec une possibilité de les classer.

Les programmes Android 3.0 sont les mêmes que sur Android 2.x avec quelques modifications pour supporter le grand écran des tablettes. On retrouve un gestionnaire de contacts, un agenda et un lecteur de mails à 90% pompés d’iOS mais cela rend le tout toujours aussi agréable à utiliser. Certains programmes sont en revanche totalement identiques à Android 2.x. C’est le cas de Google Maps ou surtout de la galerie. L’Android Market a eu une cure de jouvence, tout comme le navigateur web qui égale vraiment celui de l’iPad. Avec une gestion des onglets (et du Flash) en plus ! Enfin !

LG Optimus Tab : je craque ou pas ?

Pour être un utilisateur de première heure de l’iPad (et de l’iPad 2), je me demande sérieusement si je n’ai pas envie de la remplacer prochainement par une tablette sous Android 3.0 après avoir pris en main l’Optimus Tab. Le nouveau système de Google est vraiment agréable à utiliser. Surtout sur une tablette qui possède un processeur double coeur. En terme de puissance pure, l’Optimus Tab obtient un score de 2000 au test de Quadrant. Elle est donc plus puissante que les actuels smartphones du marché, malgré sa taille et sa résolution différentes. Cela change-t-il quelque chose en terme d’utilisation ?

Pas sûr, mais à l’usage l’Optimus Tab est très réactive. Il n’y a que très peu de ralentissements. Malheureusement, et c’est le revers de la médaille, c’est du fait même de l’utilisation d’un écran de plus grande taille que le système Android est limité. Certaines applications, comme Facebook, sont justes hideuses en grand. Il faudra vraiment attendre que certains programmes soient optimisés pour fonctionner sous Android 3.0 pour qu’ils deviennent agréables à utiliser. Et encore, certains programment refusent purement et simplement de se lancer sous Android 3.0. Il y a certes 250 000 applications sur l’Android Market mais pas toutes sont compatibles avec les tablettes. Dommage.

Quid de l’autonomie ? Elle semble très bonne. Pour avoir joué avec la tablette pendant une soirée (disons 4 heures d’affilé), je n’ai réussi à enlever que 10% de batterie, ce qui semble de bonne augure quand la version finale de l’Optimus Tab sera mise sur le marché. La manière de saisir du texte à l’écran est aussi intuitive que sur l’iPad avec un grand clavier virtuel qui s’affiche à l’écran, que ce soit en mode portrait ou en mode paysage.

Reste une inconnue, son prix, qui devrait avoisiner les 700 euros (estimation). A noter que LG va commercialiser avec la tablette une série d’accessoires, dont une housse multi-fonctions similaire à celle du premier iPad. Un conseil, fuyez là, elle n’est vraiment pas pratique à utiliser et elle est surtout très lourde.

NB : Autoroot.com est disponible sur iPhone et sur Android. Pensez à télécharger l’application gratuite sur les Stores :)

Billets similaires :

  1. J’ai testé le LG Optimus 2X sous Android, le 1er smartphone dualcore du marché
  2. J’ai testé : le Palm Pre sous Web OS en version GSM
  3. J’ai testé le Digicopter, un hélicoptère contrôlable via Android / iOS
  4. J’ai testé le système Android Donut (bêta) sur un HTC Dream
  5. Android Inside : le 1er magazine 100% Android !

  1. 15/04/2011 à 15:08 | #1

    Et comme d’habitude, si vous avez des questions plus précises sur la tablette, n’hésitez pas à les poser ici. Merci :)

  2. césar
    11/07/2011 à 08:56 | #2

    Salut,
    Merci pour cet appercu positif de l’Optimus (d’autre site test la casse complétement)
    Que dire de la 3G et du Gps, peut on faire marché le gps sans connexion 3g.
    Merci

  1. 15/04/2011 à 14:51 | #1