Accueil > Entretien > Entretien avec Bertrand Jelensperger, LaFourchette.com, « nous touchons 2 euros sur chaque réservation honorée »

Entretien avec Bertrand Jelensperger, LaFourchette.com, « nous touchons 2 euros sur chaque réservation honorée »

C’est grâce à un ami  (merci Raphaël) que j’ai entendu parler il y a quelques mois de LaFourchette.com. De quoi s’agit-il ? D’un site qui permet de réserver une table dans un restaurant sans décrocher son téléphone. Directement sur Internet en quelques clics et sans débourser un seul centime.

Le tout avec des réductions sur l’addition qui avoisinent assez régulièrement les 50%. J’ai donc voulu en savoir plus sur le service en ligne après l’avoir testé une première fois. Et c’est Bertrand Jelensperger (au milieu sur la photo), l’un des trois co-fondateurs de LaFourchette, qui a bien voulu répondre à mes questions.

L’occasion de faire le point sur le business model du service, sur ses points forts et faibles ainsi que sur les nouveautés qui seront disponibles prochainement.

Alexandre Habian : D’où vous est venue l’idée de créer LaFourchette.com ?

C’est une histoire amusante : nous avions une précédente société qui distribuait des bipeurs pour des serveurs (un petit appareil qui permet d’être prévenu lorsque les plats sont prêts). Ce sont principalement des appareils américains et nous suivions de près ce marché. Nous nous étions même associé à des restaurateurs comme Alain Ducasse… qui nous a suggéré de tester un service en ligne connu aux Etats-Unis. Il cartonnait et n’existait pas chez nous : Opentable. Notre idée était donc de l’importer en France. Pour y parvenir nous avons monté une équipe composée de Patrick Dalsace, le commercial / marketing / gestion, de Denis Fayolle, le spécialiste de la technique et de moi-même (Bertrand est diplomé d’HEC). Résultat : les premières lignes de code de LaFourchette datent de février 2006 et nous avons lancé nos services auprès des restaurateurs en janvier 2007. La version actuelle du site date de mai 2009.

Pouvez-vous nous décrire le service ?

LaFourchette est une plateforme de réservation de restaurants. Elle contient des fiches descriptives de nos restaurants plus complètes que sur les autres guides car mises à jour au moins une fois par an, avec des photos pour bien présenter les restaurants.  S’ajoute à cela un système d’avis « fermé ». Seuls les internautes qui ont été dans un restaurant peuvent déposer un avis. De plus,  nous donnons à nos internautes des promos exclusives. Jusqu’à -50% sur l’addition. Et pour améliorer encore le service, nous avons mis en place un système de CRM assez poussé avec des emailings et des enquêtes de satisfaction basés sur différents critères comme la qualité de l’accueil ou des mets, la propreté et le rapport qualité/prix. Parallèlement au service en ligne, nous avons conçu un moteur de réservation en temps reel destiné aux restaurateurs qui permet de verifier la disponibilité des tables dans leur établissement. Avec un outil pour créer des promotions suivant le taux de remplissage. A l’avenir, nous pourrons même créer des promos automatiques.

Combien comptez-vous de salariés ? Pour quel chiffre d’affaires ? Et pour quelle audience ?

LaFourchette est disponible en France et en Espagne. Nous comptons au total 80 salariés. Cette année (nous clôturons fin avril), nous comptons réaliser 4 millions d’euros de CA. Et nous espérons faire 8 millions d’euros de CA l’année prochaine. En terme d’audience, nous avoisinons les 1,5 million de VU / mois en France selon Google Analytics. En Espagne, nous en sommes déjà à 500 000 visiteurs uniques chaque mois.

Quel est le business model de LaFourchette ?

D’un point de vue purement « business« , nous monétisons notre audience via les reservations effectuées sur LaFourchette. Nous touchons une commission sur chaque couvert qui avoisine les 2 euros. Nous sommes rémunérés uniquement sur les réservations honorées et nous envoyons une fois par mois la facture à nos clients. En terme de chiffre d’affaires, 1/3 de notre CA vient de la location de notre logiciel de gestion des réservations des restaurants. Pour le restaurateur, le logiciel en version « platinium » coûte 75 euros par mois.

Pour développer vos activités, vous êtes aujourd’hui plutôt une proie ou un prédateur ?

Nous sommes comme tout le monde les deux à la fois (rires). Nous allons devenir plutôt prédateur si nous décidons d’aller à l’international.

Avec près de 7000 réservations effectuées chaque jour, pouvez-nous nous en dire plus sur les goûts alimentaires des français ?

Nous n’avons pas cherché à avoir ce type d’informations. Nous restons persuadés que la consommation de la restauration est très spécifique et variée. Cela dépend des gens avec qui l’on est. Nous avons des clients fidèles qui font plus de 10 réservations par année via notre service en ligne et nous avons des clients qui ne réservent qu’une table. Néanmoins, nous savons quel type de restaurant a le plus de chance de bien marcher : il doit être dans bien placé, tendance et la nourriture doit être bonne. Le prix n’a pas forcément d’importance sur le choix des internautes. Deux restos dans le 8ème à Paris fonctionneront aussi bien, que l’addition s’élève à 20 ou 40 euros par personne.

Les internautes qui ont déjà testé votre service sont-ils fidèles où ils ne l’utilisent que très ponctuellement ?

60% de nos réservations sont faites par des clients fidèles. Le reste vient de clients qui ont testé une seule fois notre service. A noter que notre taux de satisfaction suite à l’essai de LaFourchette est de l’ordre de 95%.

Combien d’internautes qui réservent une table via votre service n’honorent pas leur réservation ?

Ce chiffre est situé entre 1 et 2% environ. Nous travaillons actuellement pour comprendre pourquoi certains restaurants ont un taux de réservations non honorées plus important que d’autres.

Quels sont les grandes nouveautés qui seront disponibles sur LaFourchette dans les prochains mois ? Peut-être un service de livraison à domicile des plats comme Alloresto ou Resto-in ?

Nous n’aurons pas d’énormes changements sur le site dans les prochains mois. Nous préférons consolider l’existant. Nous allons gérer notre audience croissante et préparer la possibilité pour les restaurateurs d’organiser des ventes payantes dans le courant du second semestre. Ce sera intéressant pour mettre en avant des menus spéciaux (fête de meres, Saint Valentin) ou des restos haut de gamme. Et nous comptons développer ensuite des outils pour mieux gérer sa propre communauté (un repas se fait à plusieurs) en donnant par exemple des promos par communauté.

Nous souhaitons enfin nous développer dans le mobile et sur les réseaux sociaux en ciblant Facebook. Au sujet de la livraison des plats à domicile, nous étudions régulièrement la question. Mais aujourd’hui, nous nous focalisons sur la réservation de restaurants et sur la qualité du contenu.

Justement, il existe de plus en plus d’applications pour trouver des restaurants sur un smartphone. Quand comptez-vous sortir la vôtre ?

Nous allons sortir très prochainement notre application iPhone. Elle est dores et déjà soumise sur l’App Store d’Apple. Elle permet d’effectuer une réservation de dernière minute et utilise la géolocalisation pour trouver une table la plus proche d’un endroit donné. Nous allons revoir notre business model pour le mobile. Nous commençons avec l’iPhone mais nous allons ensuite proposer d’autres applis sur d’autres plateformes. Au fur et à mesure, nous ajouterons à ces applications une partie communautaire. Après l’iPhone, notre appli sera disponible dans le courant du premier semestre sur Android. Entre temps, nous développerons un site mobile.

Et pour poursuivre la discussion, n’hésitez pas à m’envoyer vos requêtes par mail (rubrique contact) ou directement dans les commentaires du site. Bon appétit ! :)

Billets similaires :

  1. Entretien avec Nicolas Chaunu, Weecast, « Tuto.com a été acheté 12 000 euros »
  2. [Vidéo] Entretien avec Bernard Werber, « je suis l’auteur français vivant le plus piraté »
  3. Fred Potter, Netatmo – « Développer un objet connecté demande environ 2 millions d’euros »

  1. morgane
    15/03/2011 à 00:15 | #1

    Testé ! Jamais déçue ! La navigation du site est claire ce qui rend la recherche agréable quand on prend en compte le nombre de restaurants déjà disponibles sur le site.

    Le côté « suivi » est très apprécié car il renforce l’aspect communautaire et surtout permet de se faire un réel avis sur les restaurants. Les photos sont un plus. Mais bien sûr ce qui fait vraiment la « force » du site ce sont les promotions vraiment avantageuses qui permettent de tester des restaurants où l’on oserait pas forcement mettre les pieds.

    Avoir -50% sur l’addition sans rien avoir à (re)préciser aux serveurs au moment de payer l’addition est un plus qui sera sûrement apprécié par tout le monde. En tout cas interview très intéressante et service à conseiller!!!

    Bon apetito!

  2. 15/03/2011 à 10:00 | #2

    Petite info supplémentaire : actuellement, ce sont 40 personnes qui testent l’application iPhone du service. En attendant qu’elle soit disponible sur l’App Store aux alentours du 25 mars.

  3. 17/03/2011 à 17:02 | #3

    Je me réponds à moi même mais pour les intéressés, l’appli va sortir le 5 avril sur l’App Store.

  4. paul
    01/09/2011 à 21:17 | #4

    Salut,
    Comment font ils pour connaitre les réservations honorées?
    C’est à la bonne foi du restaurateur?

  1. Pas encore de trackbacks