Accueil > En vidéo, Geekerie, J'ai testé > J’ai testé le système Jolicloud sur un PC

J’ai testé le système Jolicloud sur un PC

JolicloudAprès avoir lancé le webzine GenerationMP3 et le service en ligne Netvibes, l’entrepreneur français Tariq Krim est actuellement en phase de conception d’un système d’exploitation dérivé de Linux pour netbooks et mini PC. Il a même levé 4,2 millions de dollars pour accélérer son développement.

Baptisé Jolicloud, il a pour ambition de concurrencer Windows 7 de Microsoft, Mac OS X Snow Leopard d’Apple ou encore le futur Chrome OS de Google. D’ailleurs, ce dernier semble vouloir proposer les mêmes innovations que Jolicloud même si sa sortie n’est prévue que dans un an au plus tôt. Disponible en version alpha privée, j’ai eu l’occasion de tester Jolicloud sur mon vieux Dell. Pourra-t-il concurrencer les géants des OS pour PC ? Réponse en images et en vidéo.

Jolicloud : une clé USB, plusieurs possibilités de l’utiliser

Une fois avoir téléchargé l’ISO de Jolicloud (600 Mo), le moyen le plus simple de l’installer et de l’utiliser et encore de le copier sur une clé USB et de booter son PC sur cette clé qui doit avoir au minimum 1 Go d’espace de stockage. Un tutorial est en ligne pour aider à installer Jolicloud sans avoir à le graver sur un CD. Une fois le Bios de son PC configuré et la clé USB passée en périphérique primaire de boot, une interface Linux de type Grub/Lilo nous permet tout d’abord de choisir la langue de l’OS.

Ensuite, il existe plusieurs méthodes pour utiliser Jolicloud. La première, et sans doute la plus simple, est de l’utiliser comme un LiveCD, ou plutôt dans notre cas comme un LiveUSB. Il est en effet possible de démarrer Jolicloud sans rien toucher à son disque dur (et donc à ses partitions). Le défaut de cette méthode est qu’une fois le PC redémarré, tous ses paramètres perso seront ré initialisés, le système ne les gardant pas en mémoire.

Mais il est possible sinon d’installer l’OS sur son PC, en mono boot ou, plus intéressant, en multi boot. Un logiciel de partitionnement de son disque dur s’affichera alors pour choisir où installer Jolicloud et où garder sa partition Windows. Car Jolicloud n’étant disponible qu’en version alpha, il est plus sage de ne pas l’utiliser en OS principal. Une fois installé sur son disque dur, Jolicloud n’en devient que plus performant, les temps d’accès aux logiciels intégrés étant quasi immédiats alors que via une clé USB tout est plus lent.

Jolicloud : un système « connecté »

Au premier démarrage du système, Jolicloud cherche tout de suite à se connecter à Internet. Si il trouve une connexion WiFi, il l’active et répère les réseaux disponibles. Après avoir entré sa clé WEP ou WPA, Jolicloud propose de créer un mot de passe administrateur. Ce n’est qu’ensuite qu’une icône de nuage apparaît en haut à droite du système pour inviter son utilisateur à se connecter, je cite, « à l’environnement Jolicloud ». Car ce dernier ne devient vraiment unique qu’après avoir entré ses identifiants (login et mot de passe) au service. A noter qu’il est tout à fait possible d’utiliser Jolicloud en étant totalement déconnecté.

Une fois authentifié sur Jolicloud, un système de réseau social est disponible. Il permet de suivre et d’être suivi par des utilisateurs de l’OS. Il devient alors possible de consulter leur statuts, leurs images associées ou la liste des programmes installés. Pour l’heure, il n’est pas possible de cacher son profil ou de chater avec eux. Un moteur de recherche permet de trouver des utilisateurs de Jolicloud ou des applications.

Car pour installer ou désinstaller des applications sur Jolicloud, tout se fait en un clic. Un catalogue des programmes de type App Store est disponible et un clic permet de rapatrier le programme et de l’installer dans la bonne catégorie du système. Pratique, et çà marche ! Même dans le cas de la désinstallation d’un programme. L’OS se charge alors de toutes les dépendances de programmes qui manquent pour utiliser ou supprimer tel ou tel logiciel.

L’avantage en se connectant à Jolicloud est que tous ses paramètres perso sont sauvegardés en ligne. Il est possible alors d’installer l’OS sur plusieurs PC tout en conservant la liste de ses programmes installés ou la liste de ses amis. C’est un vrai plus par rapport aux autres OS classiques. Néanmoins, tout n’est pas encore totalement optimisé, étant impossible par exemple d’avoir un quelconque espace de stockage personnel pour garder en ligne images, vidéos ou documents perso. Dommage car Asus avec son système Linux pour EeePC le propose déjà.

Il n’est pas possible de suivre non plus ses amis depuis un téléphone mobile ou depuis un autre OS. On aurait aimé savoir ce que « deviennent » ses amis si on est sur notre PC sous Windows au bureau.

Jolicloud : un système Linux basé sur Ubuntu Remix

Sur ce point, j’avoue avoir été déçu. J’ai lu différentes prises en main de ce système sur Internet et tous criaient au haut et fort que Jolicloud possède une interface révolutionnaire. Il n’en est rien car elle est à 90% exactement la même que celle proposée en standard par le système Ubuntu Remix de Canonical.

On retrouve une interface graphique en 3 parties avec la liste de ses programmes favoris et ses programmes classés en catégories (bureautique, jeux, Internet, …); les principales fonctions de l’OS affichées sous forme d’icônes; et enfin des raccourcis pointant vers un explorateur de fichiers, ses favoris réseaux ou ses partitions Windows. C’est joli certes, mais loin d’être révolutionnaire. Et çà manque d’animations ou de petites choses qui rendent l’OS plus sympathique.

Car si il remplit bien sa fonction d’OS épuré pour netbooks, il n’est pas aussi sexy qu’un Mac OS ou qu’un Windows 7. Sinon, tous les paramètres de l’OS sont identiques à ce que propose Ubuntu Remix avec un gestionnaire d’imprimantes, de réseaux ou de périphériques. J’allais oublier une partie de l’écran, à savoir la barre horizontale permanente de Jolicloud.

Elle permet de revenir à la page d’accueil (l’interface en 3 parties décrite plus haut), de retourner aux programmes lancés en tâche de fond et d’accéder à sa page perso sur Jolicloud. Mine de rien, on se fait très vite à cette petite barre horizontale très pratique. Et cela permet de garder un oeil sur les programmes lancés trop gourmands en ressource mémoire. Il suffira alors de cliquer sur leur icône et sur la croix (X) comme sur un PC pour les fermer définitivement.

Jolicloud : finalement, que penser de cet OS pour netbooks ?

Bien que disponible en version alpha, Jolicloud est déjà très performant mais sous bien des aspects il ne me tente pas vraiment pour une utilisation quotidienne. D’abord parce que graphiquement, je ne le trouve pas très évolué et ensuite parce qu’il manque cruellement de services connectés. Je pensais vraiment trouver un OS qui allait rapatrier mes contacts GMail ou Facebook dans une seule interface, me prévenir dès qu’une nouvelle requête sur Linkedin est disponible ou dès que quelqu’un me répond sur Twitter.

Mais ce n’est pas le cas. L’OS ne propose que des widgets qu’il faudra lancer manuellement pour les utiliser. Et encore, seuls les plus geeks trouveront un moyen de garder certains programmes toujours en premier plan (comme un logiciel de messagerie instantanée par exemple). Il manque une page d’accueil avec le titre des derniers mails reçus depuis GMail ou depuis un serveur Exchange. Il manque la liste de mes prochains rendez-vous. Il manque une alerte dès que mes sites favoris publient de nouvelles actualités via leur flux RSS.

Bref, le réseau social proposé par Jolicloud est sympa mais il ne pourra je pense fonctionner que s’il s’intègre dans un environnement que les internautes connaissent déjà. Avec une vraie page d’accueil personnalisée (qui a dit à la Netvibes ?). En attendant la version finale de Jolicloud avant de prendre une décision définitive sur cet OS ?

J’ai aimé :

  • La facilité d’installation de Jolicloud
  • Un temps de démarrage de seulement 50 secondes en bootant sur une clé USB
  • Une sortie de veille très rapide (moins de 5 secondes)
  • La rapidité du système
  • L’App Store de l’OS qui permet d’installer/désinstaller des programmes en un clic
  • L’éco système Jolicloud avec son réseau social
  • Le fait de garder sa liste de programmes et d’amis en changeant de PC

J’aurai aimé :

  • Une meilleure intégration des réseaux sociaux
  • Des widgets de meilleure qualité. Une simple appli web ne suffit plus de nos jours
  • Une véritable page d’accueil personnalisée
  • Un système d’alerte lors de la réception de mails, IM, Flux RSS ou statuts Facebook et Twitter
  • Une interface graphique plus sexy
  • Une meilleure interaction entre le réseau social Jolicloud et des ordinateurs sous Windows, Linux ou Mac
  • Un système de chat (type iChat) entre utilisateurs de Jolicloud
  • Un espace de stockage de quelques Go (pour ceux qui ont la flemme d’utiliser Dropbox) par défaut

Billets similaires :

  1. J’ai testé Windows 7, un système d’exploitation prometteur
  2. J’ai testé le système Android Donut (bêta) sur un HTC Dream
  3. J’ai testé Mac OS X Snow Leopard sur un Macbook Pro
  4. J’ai testé : le Palm Pre sous Web OS en version GSM
  5. J’ai testé le SFR Hubster, un écran tactile multimédia

  1. c4software
    14/07/2009 à 20:54 | #1

    Donc rien de bien révolutionnaire finalement, ce qui m’intéresse c’est plutôt la partie jolicloud qui à l’air sympa.

    Enfin bon j’attends l’invite on verra bien :)

  2. 15/07/2009 à 09:41 | #2

    Disons qu’ils (Jolicloud) ont de bonnes idées mais qu’ils doivent encore en garder sous le pied, surtout pour éviter que Google ne vienne voler leurs idées, pretextant un temps de développement plus long.

    Je sens que les prochaines alpha du système ne vont pas apporter grand chose. Dommage.

  3. Zoontek
    15/07/2009 à 10:18 | #3

    Critiquer l’interface de l’OS alors qu’il s’agit d’une version alpha, c’est un poil abusé.
    Elle est bien sur amener à évoluer, tout comme les fonctionnalités (c’est le principe de versions alpha – de développement)

  4. 15/07/2009 à 10:35 | #4

    @Zoontek Je précise bien qu’il s’agit d’une alpha et qu’il faut donc s’attendre à quelques changements majeurs d’ici sa version finale. Mais je compare avec l’existant en fait. Les premières versions bêta de Windows 7 ne changent pas tant que çà (au niveau de l’interface) avec les dernières versions RC non ?

    Après, je suis très curieux de voir comment va évoluer le système. Très impatient aussi :)

  5. Zoontek
    15/07/2009 à 12:23 | #5

    Justement, Windows 7 était en version beta, Jolicloud est quand à lui en version alpha. Rien à voir, donc. :)

    Pour rappel, voilà à quoi ressemblait la version alpha de Windows Vista: http://www.guidebookgallery.org/pics/gui/desktop/empty/longhorn4015.png
    Il y a bien eu une foultitude de changements :D

  6. Bibi86
    15/07/2009 à 15:25 | #6

    Pfff c’est Ubuntu version Netbook ça, rien de nouveau, je vais en rester à mon Ubuntu qui est déjà très bien et light :)

  7. jimbelay
    07/08/2009 à 17:08 | #7

    Je veux mon machin qui se connecte pour que ça bidouille et que ça me chatouille afin que je jouisse d’un grand moment de geek… Mon dieu, je je vois ce que vous voulez pour un ordinateur et je me dis que ça devient vraiment gadget tous ces OS. Dire que c’est moche graphiquement, j’estime que le goût esthétique ne devrait pas être prononcé car c’est subjectif, les gadgets c’est vraiment utile? Un bon thunderbird ou evolution, bref un client de messagerie bien configuré te dira « bip bip tu as un nouveau mail ». Plus intéressant dire le temps de démarrage, le temps d’accès aux programmes, comment relooker son bureau, dire que c’est Ubuntu netbook remix, comment installer les programmes etc…
    Sinon je repars sur l’apparence graphique, je trouve ça très bien! ça ressemble à un iphone, du noir bien contrasté avec des bon gros icônes, une écriture relevée, bref c’est simple et fonctionnel, on s’en moque que ça tire pas des feux d’artifices à chaque clic!

    Mais bon c’est mon avis et malheureusement ou heureusement je l’ai donné…

  8. Archidec
    15/09/2009 à 11:42 | #8

    Et plus simplement,ce ne serait pas un kit graphique posé sur ubuntu. En tout les cas ça montre au moins que certains veulent apporter autre chose que Windows…

  9. Diane
    17/01/2010 à 04:30 | #9

    J’ai testé jolicloud… et j’ai été déçue. Je l’assimilerai à une apparence pour ubuntu plutôt qu’une révolution. Il y à le coté « cloud », mais c’est carrément plat et sans vie par rapport à ce qu’il se fait actuellement, il faudrait de l’animation et un design plus travaillé j’ai eu l’impression de faire un retour dans le passé… Bref un flop en devenir

  1. 16/07/2009 à 00:17 | #1