Autoroot Autoroot
Search
J’ai testé : faire un tour en hélicoptère

Tour en hélicoptèreC’est la deuxième fois que j’ai l’occasion d’embarquer dans un hélicoptère. La première fois, c’était en avril à New York avec un survol de 18 minutes de Manhattan, de Harlem et du Bronx. La seconde fois, c’était le week-end dernier avec un survol d’une partie du sud de la France, non loin de Brignoles.

Oui, je n’ai pas vraiment respecté sur ce coup l’environnement mais il faut avouer que le jeu en vaut la chandelle. Bien qu’ayant toujours une grande appréhension de l’avion,  l’hélicoptère est-il un moyen de transport plus « agité » ? Que voit-on de là haut ?

Avant de monter dans l’hélicoptère, attachons-nous à l’appareil en lui-même et à ses grandes hélices (on appelle çà un rotor) très puissantes qui contrairement à ce que l’on pourrait penser, ne sont pas toujours parallèles au sol. Elles peuvent être inclinées pour changer de cap.  La première fois que je me suis approché d’un héliport, j’ai vu une pancarte où j’ai pu lire cette inscription : « attention, zone de très grands vents ». Et après avoir vu un hélicoptère se poser, j’ai compris de quoi il en retournait. En effet, les hélices brassent une quantité très impressionnante de vent et il est presque difficile de tenir debout si l’on est à quelques mètres de l’hélicoptère.

Tour en hélicoptère Tour en hélicoptère

Heureusement, sitôt le bolide posé, la vitesse de rotation des hélices diminue sensiblement et au bout de quelques secondes il devient possible de circuler autour de lui sans être gêné. Lorsque l’on monte dans le cockpit, malgré la taille de l’engin, on garde une impression d’espace. On est moins confiné dans un hélicoptère que dans un avion. Il est obligatoire comme dans une voiture de mettre sa ceinture de sécurité mais il n’est pas obligatoire de porter un casque. Il est possible d’en mettre un pour écouter les conseils ou commentaires du pilote car avec le bruit ambiant une fois avoir pris son envol (voire même encore au sol), il faut bien avouer qu’il faut sensiblement hausser la voix pour être entendu.

Tour en hélicoptère Tour en hélicoptère

Je suis maintenant dans l’hélico, attaché, les hélices tournent à plein régime, le pilote regarde son tableau de bord et son GPS (sisi), je décolle. Première impression : l’envol est très doux et je ne me rend même pas compte d’avoir quitté le sol. Ce n’est pas comme dans un avion où il faut atteindre une certaine vitesse sur une courte distance pour décoller. Ici, la vitesse nécessaire pour décoller est déjà atteinte par les pales avant de commencer son envol. La montée dans les airs se fait en douceur et il y a aucune impression désagréable à noter. Ce n’est que dans les changements de cap, ou l’hélico n’est plus parallèle au sol, que cela devient plus désagréable. Mais pas au point d’avoir peur.

Tour en hélicoptère Tour en hélicoptère

A quelle vitesse vol un hélicoptère ? 200 Km/h selon mon second pilote (qui était une femme au passage). Pour une autonomie d’environ 600 Km. Il sera impossible de faire un Paris-Marseille mais le Paris-Deauville restera à notre portée. Les secousses sont finalement assez modérées et on est oublie vite où on se trouve pour profiter des paysages qui défilent lentement. Les deux hélicos dans lesquels je suis monté avaient la même particularité : il y avait des vitres partout. En haut (type toit ouvrant), sur les côtés et même en bas (!), des ouvertures permettent de voir clairement le décor. Et il est même possible d’ouvrir les fenêtres, comme dans une voiture. Les embouteillages, les ronds-points et les feux rouges en moins.

Tour en hélicoptère Tour en hélicoptère

Un conseil au passage, que je n’ai pas appliqué la première fois. Ne filmez pas votre vol au caméscope et ne prenez pas trop de photos. Oui, il est possible d’utiliser des appareils électroniques au décollage ou à l’atterrissage de l’hélico, contrairement à l’avion, mais cela donne vraiment le mal de mer, ou plutôt des airs. L’atterrissage justement,  dépend des qualités du pilote. La première fois, l’atterrissage dans un héliport s’est passé sans encombre, avec une grande secousse après avoir touché le sol mais pas de quoi décoller de son siège. La seconde fois, l’hélico a atterri dans un champs et a fait un rebond avant d’être immobilisé. Ici encore, pas de quoi avoir peur. D’ailleurs je vous propose une vidéo où l’on voit la vue de l’hélico et son atterrissage, très progressif, avec le petit rebond final.

Ha j’oubliais. Combien coûte un tour en hélicoptère ? J’ai payé 150 euros les 18 minutes à New-York. En France, les tarifs varient mais ils restent légèrement moins chers.

Billets similaires :

  1. J’ai testé le Digicopter, un hélicoptère contrôlable via Android / iOS
  2. J’ai testé le casque BH-905 de Nokia qui va vous faire aimer le silence

arrow10 Responses

  1. Tanuki
    94 mos ago

    A quand un bench des toilettes japonaises ???

  2. 94 mos ago

    Ne me donne pas de telles idées :)

  3. Eddddd
    93 mos, 4 wks ago

    viens passer ton brevet à St-Cyr ! ;-)

  4. 93 mos, 4 wks ago

    Tu as ton « permis » hélico ? Si oui, comment çà se passe ? Tu as un retour d’expérience sur le sujet ?

  5. 93 mos, 1 wk ago

    Pour info c’est moi qui pilotait l’hélico…

  6. 93 mos, 1 wk ago

    Si c’est vraiment le cas, le monde est vraiment petit alors :) En espérant ne pas avoir été trop embêtant à bord…

  7. 93 mos, 1 wk ago

    Mon site http://www.isahelico.com
    Si je peux récupérer vos photo pour les mettre sûr mon site se serait sympa

  8. 93 mos, 1 wk ago

    Oui bien sûr. Avec plaisir même.

  9. 93 mos ago

    mon adresse mail: contact(arobase)isahelico.com

  10. 30 mos, 3 wks ago

    Bonjour,

    Je souhaiterai faire un baptême de l’air et commencer par l’Hélico.
    Pour tout vous dire,j’ai un peu la trouille car je ne l’ai jamais pris.
    Est ce que l’on a la sensation d’avoir le cœur serré comme si on allait mourir,
    ou alors avoir des nausées? Avoir la tête qui tourne?

    Merci de me rassurer face à mes angoisses.

    Jerkhan

Leave A Comment